Books, catalogs, DVD - Others artists - Extracts

Eric Lepoureau 2009

Catalogue dos carré – 24 cm x 30 cm – 84 pages
Edition Jany Jansem, 2010.
20 €

Le livre est disponible à la Galerie Matignon ou sur commande.

Préface de Danielle Paquin (extraits) :

« En quête d’un sublime qu’il ne définit pas, Eric Lepoureau explore, dans les profondeurs de son univers intérieur, des horizons insoupçonnés à la recherche d’un monde qui se devine plus qu’il ne se voit. Il s’intéresse au possible caché des choses et des êtres. Il vibre au dynamisme des formes et s’émeut des ambiances où règnent le mystère et le secret. Son œuvre témoigne d’une vision originale et unique qui le situe à la périphérie de tout courant de mode contemporain.

La puissance d’évocation de ses tableaux naît de sa capacité à jouer des ombres et des lumières, et à créer des scènes qui semblent peuplées de personnages en attente d’un scénario à venir. L’apparente fiction qui forme son décor lui vient pourtant de manière inconsciente. Ni la représentation, ni le sens de l’image, ne sont au centre de ses préoccupations. C’est essentiellement dans la composition du tableau que l’artiste inscrit l’émotion artistique. Il façonne les rapports de force entre les formes, s’attarde sur les mouvements du regard et crée des attirances par les volumes, les couleurs, la lumière… Le rapport au temps n’existe plus. Le rôle de l’espace où sont placées les formes dépasse ce qui apparaît. La profondeur du tableau semble immatérielle… En revanche, une direction s’inscrit. La lumière d’un au-delà tangible mais imaginaire s’infiltre dans la scène, loin de la mystique mais contenant sa part de mystère. L’horizon donne à croire à toute chose. Là-bas, un autre monde se dessine. L’artiste indique un passage. Il invite au voyage.

Face à un tableau de Lepoureau, le spectateur devient acteur. Le corps ressent, le transport s’effectue: on entre dans la lumière, on revient par une deuxième fenêtre, on se glisse dans l’assemblée des personnages, on explore les recoins d’ombres, on vit, on se promène et on exulte. L’expérience est réelle et se renouvelle sans cesse dans une forme à chaque fois différente. Le spectateur est libre d’y progresser au gré de sa propre fantaisie. Il fait l’histoire…

L’exposition de 2010 montre une œuvre mature où la maîtrise de l’artiste est évidente. Elle confirme une plus grande précision dans les détails. Les noirs se rétractent et laissent plus de place aux couleurs et à la lumière. Les brumes se dissipent. Les univers parallèles se font de plus en plus intégrés. Ses mondes se rejoignent. Ce qui reste intact, c’est l’invitation à projeter son imaginaire pour créer le récit. Le talent d’Eric Lepoureau réside aussi dans cette capacité à dévoiler sans imposer. Le peintre construit, compose, guide; il permet des sensations. L’appropriation par le spectateur est totale parce que l’œuvre s’offre avant tout comme une invitation. Elle n’est jamais figée. Elle ne se complète que dans l’expérience de celui qui la regarde et qui se laisse emporter par le voyage qu’il a envie de faire. En ce sens, elle est absolument interactive et résolument contemporaine.»